Lignes de bus et ferroviaires transfrontalières

Les cartes présentées dans la suite sont issues d’une coopération entre le SIG-GR et le groupe de travail « transports » de la Grande Région, qui a validé le contenu des cartes et commentaires. La majorité des données a été mise à disposition par la Communauté des Transports du Grand-Duché de Luxembourg, alors que des informations récupérées auprès d’autres opérateurs de la mobilité dans la Grande Région (dont également le portail Mobiregio) ont complété la base des données.

L’objectif de la réalisation des cartes est de dresser un état des lieux de l’offre du transport en commun transfrontalier dans la Grande Région. En effet, outre l’identification des territoires desservis par des lignes transfrontalières, les cartes et commentaires mettent également en évidence les opérateurs impliqués ainsi que les différents tarifs en vigueur. Par ailleurs, les territoires desservis témoignent de l’importance du transport en commun transfrontalier pour les travailleurs frontaliers, d’autant plus que de nombreuses lignes offrent des allers-retours supplémentaires lors des heures de pointe.

Si le train, généralement prioritaire au bus pour les trajets transfrontaliers, est plus fréquenté le long des axes urbains et pour des distances plus importantes, les lignes de bus permettent d’assurer une desserte plus fine des espaces transfrontaliers afin de compléter l’offre ferroviaire. Par ailleurs, l’autobus est plus utilisé à proximité des frontières, c’est-à-dire pour des distances plus courtes, pour lesquelles les temps de parcours sont similaires à ceux de la voiture. En revanche, la compétitivité du train augmente avec la distance parcourue. Ainsi, selon les enquêtes du CEPS/INSTEAD, la commune de Metz atteint en 2010 la plus forte part modale (43%) en transports en commun dans les déplacements transfrontaliers de la Lorraine vers le Luxembourg, en raison de l’attractivité relative des connexions ferroviaires par rapport aux modes routiers.

Les cartes s’inscrivent dans la logique des schémas de mobilité transfrontalière (SMOT) visant à permettre une augmentation progressive du transfert modal de la voiture individuelle vers des moyens de transport alternatifs (transports publics, covoiturage, mobilité douce, parkings-relais, etc.). Un premier SMOT a été établi en 2009 entre le Luxembourg et la Lorraine. Le SMOT entre le Luxembourg et la Wallonie ainsi que celui entre le Luxembourg, la Rhénanie-Palatinat et la Sarre sont en cours d’élaboration.

Les cartes réalisées sont complémentaires aux informations présentées sur le portail trilingue (FR-DE-EN) Mobiregio. Ce site regroupe des informations concernant le transport en commun transfrontalier dans la Grande Région. En tant que fruit du projet européen d’une « Centrale de mobilité de la Grande Région », le portail Mobiregio résulte d’une coopération entre les autorités en charge du transport public et les communautés de transport du Luxembourg, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la Sarre et la Wallonie afin d’élaborer une stratégie de communication commune pour les transports publics transfrontaliers dans la Grande Région. Outre une charte graphique commune, le portail offre un calculateur d’itinéraire transfrontalier, des conseils concernant les offres tarifaires pour le transport public et des informations portant sur le covoiturage, l’électromobilité, etc.

 

Dernière mise à jour