2018: échelle suprarégionale

La carte est issue d’une coopération entre le SIG-GR et le Centre de recherches et d'études pour l'action territoriale (CREAT) de l'Université catholique de Louvain. Elle fait partie du cahier thématique "Mobilité des personnes et des marchandises" que le CREAT a réalisé dans le cadre du diagnostic territorial pour le Schéma de Développement Territorial de la Grande Région (SDTGR).

 

Le transport par la route reste le moyen de déplacement privilégié des personnes

Le réseau routier de la Grande Région est dense et globalement de qualité. Certaines parties, comme l’ouest de la Rhénanie-Palatinat, montrent parfois cependant un réseau moins dense, moins entretenu ou moins équipé (absence de bande d’arrêt d’urgence par exemple). Toutefois, le principal problème concerne la congestion et les pressions accrues sur certaines infrastructures routières. Ces soucis se concentrent essentiellement dans et autour des différentes agglomérations. De nombreux projets de contournement d’agglomérations (Liège, Trèves, Thionville, Metz) sont toutefois en cours de réalisation ou de réflexion sur la Grande Région.

La décongestion des pôles urbains permet aussi de rejoindre les différentes villes du territoire plus rapidement. Les problèmes de congestion sont également présents au sud du Luxembourg et à ses frontières belge, française et allemande (voir également les cartes d'accessibilité entre les pôles supérieurs de la Grande Région).

Fortement impactés par les flux des navetteurs transfrontaliers ces mêmes axes (E411, E25, E29, E44, E422) sont également fortement sollicités par du trafic de transit pour différents motifs (poids lourds de marchandises, travailleurs et vacanciers). Les projets de liaison ferroviaires Trèves-Luxembourg et Trèves-Metz devraient impacter et fluidifier le trafic autoroutier autour de Luxembourg. Du côté belge et français, relevons également qu’un nouvel itinéraire est en projet (en cours de construction) avec l’autoroute E420-A304-A34 reliant Bruxelles-Charleroi-Reims (l’objectif à plus long terme étant de relier Rotterdam à Marseille) et qui pourrait sensiblement impacter la circulation au sein de la Grande Région.


Les discontinuités frontalières du réseau autoroutier font l’objet de projets prioritaires

  • En Rhénanie-Palatinat, le projet autoroutier « B50 Wittlich-Rheinböllen » prévoit (à long terme) de relier le nord-est de la Wallonie à Frankfurt-am-Main. Cette liaison doit également desservir l’aéroport de Frankfurt-Hahn. Si ce projet aboutit cette nouvelle liaison pourrait engendrer une concurrence entre les aéroports low-cost de Charleroi et de Frankfurt-Hahn. A noter qu’à ce jour, aucun investissement wallon n’est encore prévu.
  • La finalisation de l’autoroute effectuant la liaison est-ouest entre la Wallonie (E411), le Luxembourg (A13) et la Sarre (E29). Dans la Sarre, l'autoroute existante (E29) a été complétée avec le prolongement à deux voies du tronçon entre les carrefours Merzig-Wellingen et Merzig-Schwemlingen achevé en août 2018.
  • Le raccordement sur la E411 entre la Wallonie (A28) et la Lorraine (A30).
  • La connexion nord-sud entre Nancy, Metz et la capitale du Luxembourg via la A31. L’amélioration des liaisons sera assurée par l’élargissement de l’axe Nancy-Metz et par un nouveau tronçon (à péage) allant de Thionville au Luxembourg.
Dernière mise à jour