Projet b-solutions GeoConnectGR

Contexte et objectifs

Le projet GeoConnectGR a été retenu dans la cadre de l’appel à projet b-solutions lancé par l’Union européenne en 2018. Il est porté conjointement par le groupe de travail Cadastre et cartographie, le Système d'information géographique et le Secrétariat du Sommet de la Grande Région, ce dernier apportant son appui logistique et administratif.

Les opérateurs du présent  projet proposent de réaliser un projet pilote consistant à consolider d’ici la fin 2019 des données géographiques hydrographiques au-delà des frontières intérieures de la Grande à une grande échelle. Son objectif est de proposer un protocole d’accord permettant l’échange de données topographiques et géographiques au niveau transfrontalier dans un premier domaine pilote : l’hydrographie, une thématique largement reprise par l’Union européenne dans le cadre de sa politique environnementale.

Il s’agit en effet d’un projet innovant en Europe qui permettra pour la première fois de réaliser un jeu de données intégré et harmonisé à grande échelle autour d’une thématique pilote d’intérêt partagé par l’ensemble de l’UE. La mise à disposition des données harmonisées se fera conformément à la directive européenne INSPIRE dans un format interopérable. Les données harmonisées pourront par la suite être exploitées sous licence open data par le Système d’Information Géographique de la Grande Région (SIG-GR) afin de croiser les données hydrographiques avec les autres données thématiques transfrontalières et soutenir les travaux d’observation territoriale. A partir du géoportail de la Grande Région géré par le SIG-GR, les données seront à disposition des experts thématiques et du grand public.

Une fois le travail réalisé, les opérateurs du projet visent également à mettre à disposition d’autres agences cartographiques un document résumant les étapes de travail pour manifester le caractère de bonne pratique du projet pilote et d’encourager d’autres acteurs européens à suivre la démarche dans leurs régions transfrontalières respectives.


Obstacles et solutions

Les données géographiques harmonisées sur le réseau hydrographique au niveau européen produites par EuroGeographics sont à des échelles insatisfaisantes  et ne convient donc pas aux analyses à petite échelle requises pour les évaluations environnementales. De plus, les agences de la Grande Région chargées de produire les données cartographiques travaillent indépendamment les unes des autres et selon des principes juridiques, organisationnels et techniques différents, et bien que les États membres doivent fournir des données géographiques dans un format interopérable et par des services web normalisés (directive INSPIRE). En conséquence, quatre facteurs font actuellement obstacle à une utilisation plus large et intégrée des données spatiales de base transfrontalières :

  1. Les données géographiques de référence existent dans des systèmes géographiques de référence différents et ne correspondent pas totalement au niveau des frontières entre Etats ou entre Länder. Souvent, il n'y a pas de délimitation continue du réseau hydrographique, même à grande échelle. Solution : évaluer, reprendre et développer les approches de l’harmonisation géométrique des frontières appliquées pour chacun des secteurs frontaliers. L’objectif est d’harmoniser géométriquement les bases de données de référence topogéographiques de tous les partenaires d’ici fin 2019 de manière à ne plus avoir de trous ni de chevauchements
  2. Les données géographiques de référence sont mises numériquement à disposition dans des formats distincts et ne sont donc que partiellement interopérables. Cela peut aussi être le cas pour les données conformes à INSPIRE et fournies par les services web, notamment celles des systèmes de coordonnées de référence utilisés. Solution : réaliser un jeu de données intégré et harmonisé en termes de géométrie et de contenu pour un thème pilote (par ex. l’hydrographie) et le mettre à disposition conformément à INSPIRE dans un format interopérable.
  3. Les données géographiques de référence sont soumises à des dispositions pratiques et tarifaires différentes. Elles ne sont pas pour toutes diffusables librement dans des licences d’utilisation ouverte ou OpenLicence.
  4. Les données géographiques de référence ne sont pas disponibles auprès d’une instance centralisée. La recherche et l’acquisition des données géographiques de référence sont des opérations coûteuses. Solution : réaliser un jeu de données intégré et harmonisé en termes de géométrie et de contenu pour un thème pilote (par ex. l’hydrographie) et le mettre à disposition conformément à INSPIRE dans un format interopérable.
Dernière mise à jour