Covoiturage

La carte est issue d’une coopération entre le SIG-GR et le groupe de travail « transports » du Sommet de la Grande Région.

Le GT « transports » a souhaité initier un partage d’expériences sur les démarches innovantes de mobilité visant à permettre une augmentation progressive du transfert modal de la voiture individuelle vers des moyens de transport alternatifs (transports publics, covoiturage, mobilité douce, parkings-relais, etc.).

Dans ce contexte, il a été décidé d’axer ce travail sur le recensement des aires de covoiturage. L’objectif est de répertorier et géolocaliser les aires de covoiturage (opérationnelles ou en projet) situées dans un périmètre de 40 km de la frontière luxembourgeoise afin de cibler les parkings utilisés majoritairement par les frontaliers se rendant à Luxembourg.

Environ 4000 places de stationnement ont été recensées, ce qui reste faible par rapport aux plus de 160 000 travailleurs de la Grande Région travaillant au Luxemmbourg.

La carte met en lumière les fortes disparités entre l’Allemagne qui possède une forte culture du covoiturage depuis plusieurs années déjà – visible par le grand nombre de parkings de covoiturage dans les lands de Sarre et de Rhénanie-Palatinat – la France, où de nombreuses aires de covoiturage ont récemment vu le jour dans les secteurs frontaliers du Luxembourg, et la Wallonie où ne sont repertoriés que deux aires (au niveau de parkings commerciaux) à proximité de la frontière.

La carte s’inscrit par ailleurs dans la logique des schémas de mobilité transfrontalière (SMOT) mis en place entre Luxembourg et Lorraine en 2009 et entre Luxembourg et Wallonie en 2015 et en 2016 entre le Luxembourg, la Rhénanie-Palatinat et la Sarre, pour coordonner leurs efforts pour une mobilité plus durable et plus efficace.  

Dernière mise à jour