Accidents de la route 2015-2019 impliquant un deux-roues motorisé

En coopération avec le sous-groupe de travail « Sécurité routière », le SIG-GR a réalisé six cartes pour la deuxième édition de la brochure sur la sécurité routière dans la Grande Région. Parmi elles figure la carte du taux d'accidents corporels impliquant un deux-roues motorisé pour la période 2015-2019.

Par l’attrait de ses paysages, la Grande Région constitue une destination prisée des motards. Le nombre d’accidents de la route impliquant des deux-roues motorisés est en recul entre 2015 et 2019 par rapport à la période précédente (-1469 accidents). Pourtant, une hausse de l‘implication des motards dans un accident a été enregistrée dans certaines circonscriptions, notamment au regard du nombre croissant d‘immatriculations de deux-roues motorisés.

Dans l’ancienne région Lorraine, 22,3% des accidents de la circulation entre 2015 et 2019 ont impliqué des conducteurs de deux-roues motorisés. 18% des victimes d‘accidents mortels appartiennent à cette catégorie d‘usagers. La classe des 15 -17 ans représente le plus grand nombre de morts dans cette catégorie (42%), suivie des 40-45 ans (33%) et des 20-24 ans. Plusieurs campagnes de prévention et de sensibilisation ciblant ce groupe à risque sont de ce fait organisées dans l’ancienne région Lorraine.

En comparaison avec ses voisins de la Grande Région, le taux d‘implication de deux-roues motorisés en Wallonie/Ostbelgien est relativement bas. Il est par ailleurs en recul par rapport à la période 2012-2016. Le nombre peu élevé d‘accidents est probablement dû à l‘utilisation peu fréquente de ce mode de locomotion.

En comparaison avec d’autres catégories d‘usagers, les conducteurs de deux-roues motorisées sont surreprésentés dans les statistiques de l‘accidentalité routière au Luxembourg. Un pic a été atteint en 2018 : un quart des morts sur les routes étaient des conducteurs de deux-roues motorisés. Par conséquent, un concept de sécurité routière basé sur la formule « engineering-enforcement-education » a été développé ; la participation à des  stages de conduite (« Fit for your Bike ») ont par ex. été proposés et des contrôles de vitesse des deux-roues intensifiés. Parallèlement, les infrastructures routières ont été adaptées, afin de pourvoir un grand nombre de virages de glissières de sécurité spécifiques pour les motards. Dans la partie nord  du pays, certains trajets particuliers  ont fait l‘objet d’un marquage au sol spécifique indiquant aux motards la « trajectoire idéale » pour leur sécurité.

En Rhénanie-Palatinat, la période 2015-2019 se traduit par une baisse globale de l‘accidentalité routière impliquant des deux-roues motorisés. Si une hausse est constatée au cours des années 2017 et 2018, le taux d’accidentalité atteint son niveau le plus bas en 2019. Alors que les chiffres sont stables dans les circonscriptions de Wittlich et Mayen où se trouvent la région de l’Eifel ainsi que le Nürburgring, destinations appréciées des motards, les directions de police de Neuwied, Mayence et Worms enregistrent des chiffres à la baisse. Seule la circonscription de la direction de police de Pirmasens connaît une hausse de ses chiffres en matière d’accidentalité.

Après que la Sarre a constaté une forte implication de conducteurs de deux-roues motorisés dans l‘accidentalité routière pour la période 2012-2016 sur la circonscription de Merzig-Wadern, des mesures préventives et répressives ciblées ont été mises en place. Des résultats positifs ont été obtenus. Néanmoins, l‘accidentalité s‘est aggravée dans la circonscription de St. Wendel sur la période 2015-2019, ce à quoi  la police sarroise va réagir par un large panel de mesures spécifiques à cette catégorie d‘usagers.

Une tendance positive se dessine en Grande Région en ce qui concerne le groupe à risque « conducteurs  de motos ». Les campagnes de prévention existantes « Deux roues motorisés  » (en France), « Motorrad Sicherheit – Sicher ankommen » (en Allemagne), « Motorradfahren in der Eifel – aber sicher! » (coopération transfrontalière entre le Luxembourg, l‘Allemagne et la Belgique) ont été intensifiées au cours des dernières années. Le marquage au sol spécifique pour les motards, en particulier sur des trajets sinueux et accidentogènes, à l‘image de ceux mis en place par les autorités luxembourgeoises, représente un potentiel de sécurisation conséquent.

Dernière mise à jour