Accidents de la route 2012-2016 impliquant un jeune conducteur

 

Wallonie / CG Belgique

Les jeunes de 18 à 24 ans représentent à peine 9% de la population wallonne mais sont impliqués dans plus de 25% des accidents corporels. Ces dernières années, la tendance est nettement à la baisse, notamment grâce à des mesures de communication tournées spécifiquement vers les jeunes, à des contrôles anti-alcool et anti-drogue renforcés et à des mesures légales. Par exemple, le conducteur novice doit repasser l’épreuve théorique et pratique du permis s’il commet une infraction grave.


Luxembourg

Les jeunes conducteurs (18-24 ans) risquent beaucoup plus d’être impliqués dans un accident de la route que les enfants. Ceci est principalement dû au besoin accru de mobilité de cette catégorie d‘âge ainsi qu‘à une participation renforcée à la circulation routière globale. Le problème de la vitesse excessive est répandu dans cette catégorie d‘âge. Les épreuves de conduite théorique et pratique ainsi que la participation obligatoire à des cours de conduite pour les conducteurs novices contribuent à sensibiliser les jeunes conducteurs aux risques de la circulation routière. La campagne de prévention sur la distraction au volant vise la catégorie des jeunes conducteurs, caractérisée par un usage prononcé des médias sociaux et l‘utilisation des smartphones au volant.


Rhénanie-Palatinat

En Rhénanie-Palatinat, le risque pour les 18-24 ans (groupe à risque des « jeunes conducteurs ») d’être blessés ou tués lors d’un accident de la route est nettement supérieur à celui des autres groupes à risque. Les accidents impliquant ce groupe à risque sont principalement provoqués par une « vitesse inadaptée », une « incapacité de conduire un véhicule » (alcool et drogues) et des « manoeuvres de dépassement dangereuses ». La police et les institutions, associations et groupements réunis au sein du Forum de sécurité routière en Rhénanie-Palatinat (Forum Verkehrssicherheit Rheinland-Pfalz) font face à cette évolution en organisant régulièrement des journées à thème dans les établissements d’enseignement secondaire. Des exemples de diverses situations à risque dans le trafic routier y sont présentés et commentés par des spécialistes. En parallèle sont organisées les campagnes de sécurité routière « Crash Kurs » et de prévention contre l’alcool au volant « BOB ».


Sarre

Le risque pour un jeune de 18 à 24 ans d‘être grièvement blessé ou de décéder lors d‘un accident sur les routes sarroises est le plus élevé de tous les groupes à risque. Les accidents de la route provoqués par les jeunes conducteurs sont principalement dus aux excès de vitesse et au non-respect de la distance de sécurité. La campagne « Verkehrssicherheit Jetzt! » vise à sensibiliser environ 4 000 élèves des lycées professionnels par an à ces comportements à risque. Ce programme est soutenu par différents porteurs et prévoit des séances d‘information spécifiquement destinées à ce groupe cible, animées par des conseillers de la sécurité routière de la police ainsi que des stages de conduite accompagnés d‘un moniteur et des stages de conduite sécurité de l‘ADAC (club automobile d‘Allemagne).


Lorraine

Entre 2012 et 2016, un accident corporel sur cinq en Lorraine implique un jeune conducteur de 18 à 24 ans. La mortalité de ces conducteurs novices engendrée par ces accidents représente 20% de celle de la région. Quand ils sont usagers d’un véhicule léger, cette population est touchée mortellement à 67% alors que la proportion est de 15% quand ils font l’usage d’un deuxroues motorisé. La gravité des accidents impliquant un conducteur novice est supérieure (20 tués pour 100 blessés hospitalisés) à la gravité des conducteurs plus expérimentés (18 tués pour 100 blessés hospitalisés). Pour diminuer le nombre d’accidents de ces jeunes conducteurs, le nombre de points sur leur permis est réduit de moitié durant leur période probatoire. De plus, le taux d’alcool autorisé au volant est pratiquement nul et des restrictions de vitesses sont imposées au nouveau conducteur.

Dernière mise à jour