De la Wallonie vers le Luxemburg par lieu de résidence (arrondissements) : 2011-2019

La carte est issue d’une coopération entre le SIG-GR et l’Observatoire interrégional du marché de l’emploi (OIE). Elle fait partie du rapport sur la situation du marché de l'emploi dans la Grande Région en 2019/2020 que l’OIE a produit pour le Sommet de la Grande Région.

 

Plus d’un tiers des frontaliers travaillant au Luxembourg habitent dans l’arrondissement d’Arlon

En 2019, une grande partie des frontaliers originaires de Wallonie et travaillant au Luxembourg habitent dans l’arrondissement d’Arlon (36,4 %). Cette répartition s’explique sans doute par la proximité géographique du Grand-Duché. Virton prend la deuxième place avec 16,8 %. L’évolution des flux vers le Luxembourg enregistrée entre 2011 et 2019 progresse d’environ 23 %, ce qui correspond à environ 8 200 nouveaux frontaliers. L’augmentation la plus importante en termes absolus a été observée dans les arrondissements à proximité directe du Grand-Duché : Arlon enregistre une hausse de 2 732 nouveaux frontaliers vers le Luxembourg (+ 20,8 %), Bastogne une croissance de 1 529 travailleurs (+ 33,4 %), Verviers une hausse de 1 371 personnes (+ 29,7 %).En outre, il faut mentionner les progressions des arrondissements de Neufchâteau (+ 863) et de Virton (+ 1 197). En termes relatifs, le taux de croissance du nombre de frontaliers sortants vers le Luxembourg est aussi très important dans les arrondissements de Marche-en-Famenne (+ 29,9 % soit + 215 travailleurs) et de Philippeville (+ 31,7% soit + 13 travailleurs).

Dernière mise à jour