De la Communauté germanophone de Belgique vers le Luxemburg par lieu de résidence (communes) : 2011-2019

La carte est issue d’une coopération entre le SIG-GR et l’Observatoire interrégional du marché de l’emploi (OIE). Elle fait partie du rapport sur la situation du marché de l'emploi dans la Grande Région en 2019/2020 que l’OIE a produit pour le Sommet de la Grande Région.

 

Les frontaliers originaires de la Communauté germanophone et employés au Luxembourg habitent dans la partie sud de la communauté

L’analyse à petite échelle du flux frontalier met en évidence que, dans la Communauté germanophone de Belgique, la proximité de la frontière a une incidence sur le lieu de résidence des migrants journaliers. En effet, la grande majorité (90,6 %) des frontaliers qui travaillent au Luxembourg vient de la partie sud de la communauté : la plupart d’entre eux résident à St. Vith (36,0 %), à Burg-Reuland (22,5 %) et à Amel (15,6 %). Entre 2011 et 2019, la part des frontaliers qui résident dans le Nord et le Sud de la Communauté germanophone de Belgique a peu évolué (respectivement + 0,6 % et - 0,6 %).

Dernière mise à jour