De la Wallonie vers la France par lieu de résidence (arrondissements) : 2011-2019

La carte est issue d’une coopération entre le SIG-GR et l’Observatoire interrégional du marché de l’emploi (OIE). Elle fait partie du rapport sur la situation du marché de l'emploi dans la Grande Région en 2019/2020 que l’OIE a produit pour le Sommet de la Grande Région.

 

La plupart de frontaliers travaillant en France habitent dans l’ouest de la Wallonie

Plus de trois quarts des frontaliers d’origine wallonne et travaillant en France viennent des arrondissements de Mouscron (1 445) et Tournai (3 260). À lui seul, l’arrondissement de Tournai a contribué à près de 60 % à l’accroissement observé entre 2011 et 2019 : 1 594 des 2 632 nouveaux frontaliers y habitent. On peut supposer que les frontaliers travaillent surtout dans les anciennes régions françaises Champagne-Ardenne et Nord-Pas-de-Calais et ne viennent plutôt pas travailler en Lorraine, composante française de la Grande Région.

Dernière mise à jour