De la Belgique vers le Luxemburg par lieu de résidence - 2013

La première carte illustre la répartition des frontaliers et le nombre total des frontaliers résidant en Wallonie (au 30.06.2013) et travaillant au Luxembourg par lieu de résidence (arrondissement) ainsi que l’évolution du nombre total de ces frontaliers entre 2003 et 2013 (données INAMI). Le nombre indiqué pour l’arrondissement de Verviers inclut les travailleurs frontaliers de la Communauté Germanophone.

La seconde illustre les mêmes indicateurs au niveau communal sur le territoire correspondant à la Communauté germanophone de Belgique (données IGSS).

Pour les frontaliers résidant en Wallonie et travaillant au Luxembourg, la carte se base sur des chiffres de l’INAMI 1 et non de l’IGSS 2 comme pour les autres cartes (y inclus celle de la Communauté germanophone). En effet, les données de l’IGSS présentent certaines imprécisions pour la Wallonie. Par ailleurs, les données de l’INAMI permettent une comparaison avec l’année 2003, alors que pour les chiffres de l’IGSS ce n’est possible qu’à partir de 2008.

En 2013, plus de 70% des frontaliers originaires de Belgique et travaillant au Luxembourg habitent dans les arrondissements d’Arlon, Virton, Neufchâteau, Bastogne et Marche-en-Famenne dans le sud-est de la région (28 845 personnes). L’arrondissement d’Arlon est le plus concerné avec 13 407 salariés employés au Luxembourg.

Les variations entre 2003 et 2013 montrent un certain report vers la province de Liège, dont les arrondissements présentent des taux de croissance supérieurs à ceux de la province de Luxembourg. Cette évolution met en évidence le phénomène d’extension de la zone de recrutement du bassin luxembourgeois vers des arrondissements situés de plus en plus loin du Grand-Duché de Luxembourg.

Le même phénomène peut également être constaté pour la Communauté germanophone de Belgique, où l’on observe une croissance particulièrement forte dans les communes au nord. Toutefois, la majorité des frontaliers de la Communauté habite dans les communes du sud à proximité du Luxembourg, notamment dans les communes de Saint-Vith et Burg-Reuland.

Quant aux secteurs d’activités, les frontaliers résidant en Belgique travaillent souvent dans le commerce (16,2%) et les activités financières et d’assurance (15,5%), ou dans le secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques (12,8%) .

  1. INAMI: Institut national d'assurance maladie invalidité (Belgique)
  2. IGSS: Inspection générale de la sécurité sociale (Luxembourg)
Dernière mise à jour