Note méthodologique pour les données portant sur le chômage des jeunes

Au niveau international, le concept du chômage au sens du Bureau International du Travail (BIT) s’est imposé. Ainsi, un chômeur est définit comme individu qui ne travaille pas, qui est immédiatement disponible et en recherche active d’emploi. Toutefois, les critères de détermination du chômage des jeunes dans la Grande Région doivent toutefois être nuancés. De façon générale, dans la tranche d’âge des 15 à 24 ans, le chômage des jeunes est lié à la participation à la vie active. Lorsque le taux et la durée de scolarisation des jeunes sont importants, le taux du chômage des jeunes dans cette tranche d’âge est élevé. Le type de scolarisation influe aussi la taille de la population en emploi. Par ailleurs, les différentes régions se basent sur des critères et des méthodes de calcul divergents. Il s’en suit que les nombres des jeunes chômeurs dans la Grande Région ne sont pas directement comparables entre les différentes entités. A titre d’exemple, ci-dessous quelques particularités concernant les statistiques régionales :

  • Luxembourg : Les chiffres absolus des jeunes chômeurs sont mis à disposition par l’office statistique Statec et se rapportent au chômage enregistré tel qu’il est défini par l'Administration de l'emploi (ADEM). Ainsi, il s’agit des personnes sans emploi, résidantes sur le territoire national, à la recherche d’un emploi approprié, non affectées à une mesure pour l’emploi, indemnisées ou non indemnisées, ayant respecté les obligations de suivi de l’ADEM et qui, à la date du relevé statistique, ne sont ni en congé de maladie depuis plus de 7 jours, ni en congé de maternité.
  • Wallonie et DG Belgique : Une personne considérée comme chômeur au sens du BIT n’est pas forcément inscrite au Forem (et inversement). La catégorie des demandeurs d’emploi inoccupés (DEI) comprend: les D.E. demandeurs d’allocations (personnes qui perçoivent des allocations de chômage sur base d’un travail à temps plein ou à temps partiel ou des allocations d’insertion), les jeunes en stage d’insertion professionnelle à la sortie des études (personnes âgées de moins de 30 ans, non indemnisées, qui doivent accepter tout emploi (ou formation) convenable qui leur est proposé(e), les « inscrits obligatoirement » (personnes exclues temporairement des allocations de chômage ainsi que celles inscrites à la demande du C.P.A.S.) et les « inscrits librement » (personnes qui n’ont pas droit aux allocations de chômage mais peuvent bénéficier des services du Forem).
  • Allemagne (Rhénanie-Palatinat et Sarre) : Au sens du code de la sécurité sociale (Sozialgesetzbuch III) sont considérés comme chômeurs tous les demandeurs d’emploi qui : ne sont pas dans une relation de travail ou travaillent moins de 15 heures par semaine, cherchent un emploi assujetti à l’assurance chômage d’au moins 15 heures par semaine, habitent en République Fédérale d‘Allemagne, ont 15 ans ou plus et n’ont pas encore atteint l’âge de départ en retrait, se sont personnellement enregistrés à une agence pour l’emploi ou un job center. A noter également qu’en Allemagne, la formation passe fréquemment par le système de formation professionnelle, qui recense les jeunes en formation comme des actifs en emploi.
  • Lorraine : toutes les catégories de demandeurs d’emploi du Pôle Emploi ont été retenues. Ainsi, il s’agit des demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi : sans emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ou longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois), ainsi que des demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…) sans emploi ou en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés). Contrairement à l’Allemagne, les jeunes en formation ne sont pas comptabilisés comme actifs. Ceci explique partiellement pourquoi les nombres de jeunes chômeurs en France sont plus élevés qu’en Allemagne.
Dernière mise à jour