Population totale et population d’âge actif 2010-2040

Les cartes, ainsi que le graphique, mettent en évidence le fait que les projections relatives à la population totale diffèrent de celles de la population d’âge actif.

Les régions peuvent être classées en trois catégories :

  1. Les régions qui font face à un déclin démographique général, mais qui sont surtout touchées par un déclin accru de leur population d’âge actif : Sarre et Rhénanie-Palatinat
  2. Les régions pour lesquelles une croissance de la population totale est prévue, mais qui, selon les projections, verront leur population active diminuer : Lorraine et Communauté germanophone de Belgique
  3. Les régions pour lesquelles les projections prévoient tant une augmentation de la population totale, que de la population d’âge actif : Luxembourg et Wallonie.

En Sarre, les résultats de la 12e projection coordonnée (2010, variante W1) de la population mettent en évidence un déclin de la population totale jusqu’en 2040 (-18,7%) et un déclin encore plus prononcé pour la population d’âge actif (-30,8%). Ainsi, la population sarroise devrait passer, suivant ces projections, de 1 022 000 habitants au 1er janvier 2010 à environ 832 000 habitants en 2040. Les éléments explicatifs de cette projection sont un déficit de naissances lié à un taux de fécondité faible (1,3 enfants par femme) ainsi qu’une émigration de la population sarroise dans d’autres Länder allemands qui ne pourra pas être compensée par l’immigration étrangère qu’à partir de l’année 2017. Par ailleurs, la Sarre devrait faire face à une modification significative de sa pyramide des âges. En effet, tandis que la population de moins de 20 ans et la population d’âge actif diminueraient d’un tiers entre 2010 et 2040, le groupe des personnes de plus de 65 ans augmenterait d’un quart pendant la même période. Au sein de la population d’âge actif, les personnes âgées domineraient de plus en plus le marché du travail tandis que de moins en moins jeunes y entreraient.

En Rhénanie-Palatinat, la 3e projection régionalisée de la population (2012, variante moyenne) prévoit des fortes baisses de la population totale (-10,5%) et de la population d’âge actif (-22,0%) entre 2010 et 2040, même si elles seraient moins marquées qu’en Sarre. Tandis que pour la population totale, les Kreise (districts) de Trèves, Trèves-Saarburg et Landau (Pfalz) présenteraient encore des croissances de population entre 2010 et 2040, tous les Kreise feraient face à un déclin de leur population d’âge actif pendant cette période. Les raisons de cette évolution sont similaires à celles de la Sarre : un déficit de naissances plutôt élevé qui ne peut pas être compensé par les soldes migratoires souvent positifs. Toutefois, on observe des différences significatives concernant l’ampleur du déclin démographique dans les différents districts. Ainsi, l’évolution démographique de la région de Trèves continuera de profiter de la proximité géographique du Grand-Duché du Luxembourg et de sa dynamique économique. Landau devrait continuer à attirer des étudiants en tant que site universitaire. La région de Mayence profite de la proximité de l’agglomération Rhein-Main et des bonnes connexions aux réseaux de transport. En revanche, les districts de Pirmasens, Südwestpfalz, Kusel et Birkenfeld seraient particulièrement marqués par le phénomène du déclin démographique avec des baisses supérieures à 20% pour la population totale et même de 30% pour la population d’âge actif. Ces régions situées dans le Palatinat occidental souffrent de leur situation géographique, puisqu’elles sont à l’écart des centres rhénan-palatins et des agglomérations situées à la limite orientale du Land.

En Lorraine, les projections de population départementales et régionales à l'horizon 2040 de l’INSEE (2010, scénario central) mettent en évidence une légère croissance de la population totale pour la période 2010-2040 (1,5% en moyenne). La population augmenterait dans tous les départements sauf dans les Vosges. La Meurthe-et-Moselle contribuera majoritairement à l’augmentation de la population totale. En Moselle, les projections prévoient une augmentation de la population jusqu’en 2025. Elle diminuerait ensuite jusqu’en 2040, du fait notamment de la diminution des naissances. Dans les Vosges, département lorrain où la population est la plus âgée, la diminution commencerait en 2017. L’atonie de la démographie lorraine à l’horizon 2040 s’explique par la baisse progressive de son solde naturel et la réduction du déficit migratoire. Concernant la population d’âge actif, tous les départements lorrains présentent une baisse à l’horizon 2040 (-11,3% sur l’ensemble de la région). Cette évolution s’explique notamment par le vieillissement de la population lorraine avec une baisse des naissances et un départ massif des jeunes. Ainsi, en 2040, près d’un tiers des Lorrains aurait plus de 60 ans, contre un sur cinq en 2007. Ce changement démographique majeur pèserait sur les politiques publiques locales : prise en charge de la dépendance, accès aux équipements et services en milieu rural, politiques de transport et de logement.

Selon les projections du STATEC (2010, scénario « baseline », élaboré par les experts d’EUROSTAT), le Luxembourg continuerait à occuper une position à part dans la Grande Région en termes de croissance démographique. Sur la base d’un taux de fécondité relativement élevé et croissant (moyenne 2001-2009 : 1,63 enfants par femme ; 1,72 en 2060) et d’une immigration persistante, la population totale serait appelée à augmenter de 40,2% jusqu’à l’horizon 2040. Le Grand-Duché dépasserait donc à terme le seuil des 700 000 habitants. Comme dans les autres entités de la Grande Région, la croissance démographique serait principalement due au groupe d’âge des 65 ans et plus. En effet, leur nombre ferait plus que doubler à l’horizon 2040. Tout comme pour les autres régions, la part de la population d’âge actif dans la population diminuerait entre 2010 et 2040, du fait d’une croissance nettement moins importante que celle de la population totale (20,7%). Dans ce contexte, il faut noter que les projections de population du Grand-Duché du Luxembourg varient énormément selon le scénario de migration retenu. Ainsi, plus le solde migratoire sera bas, plus l’accroissement de la population des 20 à 64 ans sera faible.

En Wallonie, les perspectives de population 2007-2060 (2008) pronostiquent une croissance de la population totale de 14,5% à l’horizon 2040. Parmi les arrondissements wallons, ce sont Waremme et Huy qui ressortent notamment, avec des croissances de 25,9% et 22,4% respectivement. Les autres arrondissements, à l’exception de Charleroi et Tournai présentent des taux de croissance au-dessus de 10%. C’est également le cas pour la communauté germanophone de Belgique (11,8%). Toutefois, la population wallonne ne déroge pas aux constats généraux sur l’évolution des populations européennes : vieillissement et faible fécondité, même si cette dernière se situe à un niveau nettement supérieur à celui des Länder allemands (1,83 enfants par femme en 2007). Ainsi, malgré des soldes naturels et migratoires positifs tout au long de la période 2010-2040, la Wallonie devrait faire face à une évolution beaucoup moins dynamique de la population d’âge actif (2,9% en moyenne), voir même à une légère baisse pour les arrondissements de Tournai, Mouscron, Charleroi et Thuin. Un recul est également pronostiqué pour la communauté germanophone de Belgique (-3,3%). Le vieillissement se traduirait notamment par une forte augmentation de la part des 65 ans et plus dans la population totale, passant de 16,4% en 2010 à 24,3% en 2040.

Au niveau de l’ensemble de la Grande Région on constate la même tendance qu’en Lorraine, à savoir une croissance de la population totale (+ 1,2%) et un déclin de la population d’âge actif (-11,0%).

Ces projections témoignent d’un vieillissement de la population grand-régionale, et donc d’une augmentation de la part des 65 ans et plus.

Ces projections mettent en évidence les nouveaux enjeux auxquels devrait faire face la Grande Région dans les années à venir : problème d’un déficit de main d’œuvre, problème d’adaptation des équipements à l’évolution démographique et de maintien de leur viabilité, développement de services pour les personnes âgées, nouvelles opportunités pour le tourisme des séniors.

Dernière mise à jour