Evolution 2000-2016

La carte est issue d’une coopération entre le SIG-GR et le Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER). Elle fait partie du cahier thématique "Dynamiques démographiques et les besoins territoriaux associés" que le LISER a réalisé dans le cadre du diagnostic territorial pour le Schéma de Développement Territorial de la Grande Région (SDTGR).

 

Une croissance ténue de la population en âge de travailler

La tendance générale en Europe est à une augmentation de la population en âge de travailler (calculée dans ce cahier en prenant la tranche d’âge des 20-64 ans). Entre 2001 et 2016, cette population a crû de 2,85 % (soit une augmentation de plus de 9 millions de personnes). En Grande Région, la situation est similaire, avec une évolution positive des 20-64 ans (+ 3,15 %).

A une échelle plus fine, l’analyse de la carte sur l’évolution des populations en âge de travailler entre 2000 et 2016 révèle des résultats semblables à la carte du taux d’accroissement annuel moyen. En effet, deux types d’espaces se distinguent au sein de la Grande Région : ceux qui connaissent une augmentation de leur population en âge de travailler (notamment dans les cantons de Luxembourg et Esch-sur-Alzette, les arrondissements wallons de Nivelles et de Namur, et le Landkreis de Mayence où l’on dénombre plus de 20 000 personnes supplémentaires au sein de ces unités territoriales), et ceux qui voient une diminution de cette population (à l’instar de la Sarre).

Le Luxembourg et, dans une moindre mesure, la Wallonie ont eu une croissance importante de leur population âgée de 20 à 64 ans, à la fois en valeur absolue (respectivement + 105 000 et + 164 000) et en valeur relative (+ 40 % et + 4 %). Les Länder allemands ont connu, de manière globale sur leur territoire, une baisse marquée de la population en âge de travailler depuis les années 2000 (- 50 000 personnes pour la Sarre, - 130 000 pour la Rhénanie-Palatinat) en raison du vieillissement de leur population et d’une diminution de la population âgée de moins de 20 ans. Quant à la Lorraine, la situation est plus contrastée. Une opposition apparaît entre le sillon lorrain et la zone frontalière nord, où l’évolution est plutôt positive, et les espaces ruraux périphériques, principalement en Meuse et dans les Vosges, où l’évolution est plutôt négative.

Dernière mise à jour