Population totale 2000-2015

La carte est issue d’une coopération entre le SIG-GR et l’Observatoire interrégional du marché de l’emploi (OIE) de la Grande Région. Elle fait partie du rapport sur la situation économique et sociale de la Grande Région 2015/2016 que l’OIE a réalisé pour le Comité économique et social de la Grande Région (CESGR).

La carte illustre l’évolution démographique entre 2000 et 2015 au niveau des arrondissements en Wallonie, des Kreise en Rhénanie-Palatinat ainsi qu’en Sarre et des cantons au Luxembourg. L’évolution démographique des zones d’emplois dans la partie lorraine de la région Grand Est se réfère à la période 1999-2013.

Depuis 2000, la population augmente notamment dans les zones d’influence des régions économiquement  performantes, à proximité des métropoles régionales, tout autour des grands centres universitaires et le long des principaux axes de circulation. Au cœur de la Grande Région, c’est avant tout le pouvoir d’attraction économique du Luxembourg qui est à l’origine d’une forte croissance – au Grand-Duché même et dans de nombreuses régions limitrophes.

Des augmentations nettement supérieures à la moyenne régionale s’observent notamment à Arlon et Waremme, Thionville et Longwy ainsi qu’à Mayence et dans l’agglomération de Trèves. En Sarre, Merzig-Wadern qui se situe à la frontière luxembourgeoise présente certes un bilan négatif, mais qui est néanmoins inférieur à celui du reste du Land.

Des pertes importantes de population ont aussi été enregistrées dans la Westpfalz et la région de Neunkirchen. Les populations du reste de la Sarre ainsi que de Neufchâteau, Bar-le-Duc, Forbach et Remiremont sont aussi en baisse, mais d’une manière moins prononcée. En Wallonie le nombre d’habitants a augmenté, bien que la hausse à Charleroi – la plus grande ville de la Grande Région –, Mons, Thuin et Tournai soit inférieure au reste de la région wallonne.

Dernière mise à jour